Présentation

  • : Tabliers, blouses et torchons de cuisine
  • Tabliers, blouses et torchons de cuisine
  • : enema
  • : Ce blog est consacré au fétichisme des tabliers de cuisine de femme, des blouses de femme et des torchons de cuisine. Il s'adresse aux adultes seulement, ayant atteint l'âge de la majorité légale dans le pays. Et tenez les enfants à l'écart, bien sûr.
  • Partager ce blog
  • Retour à la page d'accueil
  • Contact

Recherche

Images Aléatoires

  • lelavementcommejaimelerecevoir
  • fesseedevantlaglace
  • troisgrossesservantes
  • sixfemmes
  • br14x001
  • carcasses

Comptines des Saucissonneuses

Pour bien humilier les servantes punies, les maîtresses peuvent les forcer à chanter des comptines.
Ce sont des comptines enfantines avec des paroles spécialement écrites pour être humiliantes. La bonniche, pendant qu'elle est punie, fessée, doit chanter la comptine. Si elle se trompe dans les paroles, si elle chante faux, si elle ne tient pas le rythme, sa punition sera rallongée d'autant. 

Voici les comptines des Saucissonneuses.

Les comptines pour la fessée sont là.


La comptine de la Charcutière
Sur l’air de «  Frère Jacques  »

Charcutière, Charcutière
Fesse-moi, fesse-moi
J’ai été vilaine
Alors pour ma peine
Fesse-moi, fesse-moi

Sur mes miches, sur mes miches
Tape fort, tape fort
Qu’elles soient brûlantes
Pendant que je chante
Fesse-moi, fesse-moi

Mon cul danse, mon cul danse
Sous tes coups, sous tes coups
Comme je gigote
J’ai l’air d’une idiote
Fesse-moi, fesse-moi

Je pleurniche, je pleurniche
Continue, continue
Merci Charcutière
Tape mon derrière
Fesse-moi, fesse-moi

Sur les cuisses, sur les cuisses
Ca fait mal, ça fait mal
Le martinet frappe
Sans que j’en réchappe
Fesse-moi, fesse-moi

Sur la tête, sur la tête
Mains croisées, mains croisées
Au piquet je reste
Sans faire un seul geste
Fesse-moi, fesse-moi


La comptine de la Crémière
Sur l’air de «  Il était une bergère  »

Il était une Crémière
Et pan et pan, sur le cul tout nu
Il était une Crémière
Qui fessait tous les culs, cu cu
Qui fessait tous les culs

Elle sentait le fromage
Et pan et pan, sur le cul tout nu
Elle sentait le fromage
Le fromage qui pue, pu pu
Le fromage qui pue

Souillon la bonnichette,
Et pan et pan, sur le cul tout nu
Souillon la bonnichette,
Veut lui lécher le cul, cu cu
Veut lui lécher le cul

La crémière refuse
Et pan et pan, sur le cul tout nu
La crémière refuse
Lui dit «  C’est défendu du du
»
Lui dit 
« c’est défendu  »


«  Si tu baises mes fesses  »
Et pan et pan, sur le cul tout nu
«  Si tu baises mes fesses
Prends bien garde à ton cul, cu cu
Prends bien garde à ton cul  »

Souillon lécha les fesses
Et pan et pan, sur le cul tout nu
Souillon lécha les fesses
Et embrassa son cul, cu cu
Et embrassa son cul

Puis Souillon mit la langue
Et pan et pan, sur le cul tout nu
Puis Souillon mit la langue
Dedans le trou qui pue, pu pu
Dedans le trou qui pue

La Crémière en colère
Et pan et pan, sur le cul tout nu
La Crémière en colère
Lâcha un pet qui pue, pu pu
Lâcha un pet qui pue

«  Crémière je m'accuse  »
Et pan et pan, sur le cul tout nu
«  Crémière je m'accuse
D'avoir léché ton cul, cu cu
D'avoir léché ton cul  »

«  Souillon pour pénitence  »
Et pan et pan, sur le cul tout nu
«  Souillon pour pénitence
Je vais fesser ton cul, cu cu  
Je vais fesser ton cul 
»

La peine était sévère
Et pan et pan, sur le cul tout nu
La peine était sévère
Souillon ne le fit plus, plu plu
Souillon ne le fit plus


La comptine de la Bouchère
Sur l’air de «  Il pleut il pleut bergère  »

Tu peux tu peux Bouchère
Chatouiller mes petons
Avec ta main légère
Bouchère que c’est bon
J’aime ton tripotage
Et tes douces manies
Mais si je suis pas sage
Là je serais punie

Mieux que de l’urticaire
Ton doux chatouillement
Me démange bouchère
Si délicieusement
Mais comme je gigote
Sans trop me retenir
Alors pour cette faute
Bouchère il faut punir

Oui fesse-moi Bouchère
Mes miches sont à toi
Je t’offre mon derrière
Bouchère venge-toi
Ma bouchère chérie
Frappe frappe moi donc
Et je serai guérie
De mon insoumission

Soigne-moi bien Bouchère
Et sur mes jambonneaux
Abat ta main sévère
Soulage tous mes maux
Ma Bouchère si belle
J’ai mérité cela
Ta fessée maternelle
Oh oui donne-moi la.

Bien calée sur ta chaise
Et moi sur tes genoux
Tu te sens bien à l’aise
Pour appuyer tes coups
Bientôt je serai sage
Bouchère continue
Ton si gentil fessage
Sur mon gros cul tout nu


La comptine de la Pâtissière
Sur l’air de «  Il était un petit navire  »

Il était une Pâtissière, il était une Pâtissière
Qui aimait do, do, donner la fessée
Qui aimait do, do, donner la fessée
Le cul tout nu  !

Elle choisit dans ses servantes, elle choisit dans ses servantes
Celle-là qui, qui, qui serait punie
Celle-là qui, qui, qui serait punie
Le cul tout nu  !

«  Viens ici viens Marie-Charlotte, viens ici viens Marie-Charlotte
A genoux et et et viens t’humilier
A genoux et et et viens t’humilier  »
Le cul tout nu  !

Marie-Charlotte la bonniche, Marie-Charlotte la bonniche
Lui a deman, man, mandé sa fessée
Lui a deman, man, mandé sa fessée
Le cul tout nu  !

«  Je suis une méchante fille, je suis une méchante fille
J’ai mérité, té, té d’être punie
J’ai mérité, té, té d’être punie  »
Le cul tout nu  !

«  Sur tes genoux où tu me couches, sur tes genoux où tu me couches
Dans ton grand ta, ta ta, grand tablier
Dans ton grand ta, ta ta, grand tablier  »
Le cul tout nu  !

«  Ta main vient caresser mes fesses, ta main vient caresser mes fesses
Avant de les cla, cla de les claquer
Avant de les cla, cla de les claquer  »
Le cul tout nu  !

«  Oui fais moi mal et fais moi honte, oui fais moi mal et fais moi  honte
Je suis punie, nie nie tu as raison
Je suis punie, nie nie tu as raison  »
Le cul tout nu  !

«  Puis à genoux je vais me mettre, puis à genoux je vais me mettre
Pour recevoir voir voir le martinet
Pour recevoir voir voir le martinet  »
Le cul tout nu  !

«  Et j’irais au piquet honteuse, et j’irai au piquet honteuse  »
Mon tablier bien bien bien retroussé
Mon tablier bien bien bien retroussé  »
Le cul tout nu  !


La comptine de la cuisinière
Sur l’air de «  C’est la mère Michel  »

C’est la Cuisinière
Qui donne la fessée
A toutes les petites
Qu’elle voit passer
C’est la Marie-Souillon
Qui lui a répondu
«  Je l’ai bien méritée
Donne-moi la fessée  »

Sur l’air du cul tout nu sur l’air du cul tout nu
Le cul à l’air et bien fendu
Le cul tout nu

C’est la Cuisinière
Qui lui a ordonné
«  Viens t’en sur mes genoux
Dans mon grand tablier  »
C’est la Marie-Souillon
Qui lui a répondu
«  Mes fesses sont à toi
Maîtresse punis-moi  »

Sur l’air du cul tout nu sur l’air du cul tout nu
Le cul à l’air et bien fendu
Le cul tout nu

Alors la Cuisinière
Lui dit : «  C’est décidé
Si tu ne pleures pas
Tu auras un baiser  »
Mais la Marie-Souillon
A trop fort pleurniché
Alors la boudinière
A doublé la fessée

Sur l’air du cul tout nu sur l’air du cul tout nu
Le cul à l’air et bien fendu
Le cul tout nu


La comptine de la Serveuse
Sur l’air de «  Au clair de la lune  »

«  Sévère Serveuse
Je viens à tes pieds
Craintive et peureuse
Je viens m’humilier
J’ai été vilaine
Je veux pas grandir
Alors pour ma peine
Il faut me punir  »

«  Petite bonniche 
»
La Serveuse a dit
« Tu es trop godiche
Et pas dégourdie
Pour t’apprendre à vivre
Et pour te dresser
Le cul à l’air libre
Tu seras fessée  »

La punie se couche
Dans le tablier
N’ouvre plus la bouche
Se fait oublier
Alors la Serveuse
Que rien n’apitoie
Sur la malheureuse
S’en donne à cœur joie

La fesseuse glisse
La main doucement
Entre les deux cuisses
De la pauvre enfant
Elle la branlotte
Et la fait mouiller
Va petite sotte
Va t’agenouiller

Alors la bonniche
Se met au piquet
En montrant ses miches
Qui sont bien marquées
Les mains sur la tête
Et le cul rougi
Elle a l’air bien bête
Elle est assagie.


La comptine de la Tripière
Sur l’air de «  Le bon roi Dagobert  »

La merdeuse Tripière
Avait sa culotte à l'envers.
La Marie-Torchon
Lui dit «  C’est marron
Mais par le devant
C’est bien étonnant.  »
«  C’est vrai tu as raison ,
Viens donc me lécher ma souillon. »

L'adipeuse Tripière
Voulait se gratter le derrière.
Elle appela donc
La Marie-Torchon
«  Gratte-moi le cul
Partout où ça pue  »
«  Tripière, dit Souillon
Je vais bien te gratter le fion  ».

La rebondie Tripière
Avait égaré sa cuillère.
La Marie-Torchon
Lui dit «  Où est donc
Caché cet objet  ?
Je vais le chercher.
Il est sous tes nichons
Ou dans les plis de ton ventron  ».

La bafreuse Tripière
Avait avalé de travers.
La Marie-Torchon
Lui dit : « Rôte donc
Je vais tapoter
Ton dos pour t’aider  ».
Son rôt fut si cochon
Qu’elle cracha tout sur Souillon

La replette Tripière
Gloutonne mangeait du dessert.
La Marie-Torchon
Lui dit : « Attention !
Tout ce qui est mangé,
Doit être chié.  »
«  Souillon tu as raison
Et tu lécheras mes étrons  »

Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés