Présentation

  • : Tabliers, blouses et torchons de cuisine
  • Tabliers, blouses et torchons de cuisine
  • : enema
  • : Ce blog est consacré au fétichisme des tabliers de cuisine de femme, des blouses de femme et des torchons de cuisine. Il s'adresse aux adultes seulement, ayant atteint l'âge de la majorité légale dans le pays. Et tenez les enfants à l'écart, bien sûr.
  • Partager ce blog
  • Retour à la page d'accueil
  • Contact

Recherche

Derniers Commentaires

Mercredi 7 juillet 2010 3 07 /07 /Juil /2010 09:00

L'original de ce texte est paru sur  http://blousenylon.ifrance.com/ et je le recopie ici parce que le site, qui n'est plus entretenu depuis longtemps, risque de disparaître.


La blouse-soumission (texte de Tabliernylon transmis sur le site de La blouse de nylon par Marinette, qui semble venir d'un très ancien serveur Minitel))

Le port obligatoire d'une blouse ; symbole de la soumission ! Il permet de bien faire sentir aux filles placées sous votre autorité (vendeuses, étudiantes, ouvrières, etc..) l'humiliation de porter une blouse. Aussi faut-il que le vêtement soit à la fois peu commode à porter : étroit, moulant, entravant, que difficile à enfiler. D'abord la matière : le nylon est indispensable ! Outre son entretien aisé, il favorise la transpiration et colle à la peau, rendant pénible son port toute la journée.

Pour la même raison, il faut que les manches soient longues, et les poignets boutonnés, afin d'envelopper totalement la personne. Comme couleur, il faut éviter le blanc qui fait trop sérieux, pour choisir une couleur plus vive : telle le bleu, le jaune ou le vert. Mais surtout, pour que la blouse soit particulièrement pénible à enfiler, il est impératif soit entièrement et étroitement fermée dans le de nombreux boutons. Aussi la malheureuse sera contrainte à toute une série de contorsions, même si elle est très souple, pour parvenir à se boutonner seule. Faisant ainsi penser à une fille qui aurait les mains liées derrière et qui tenterait vainement de se libérer. Bien sûr, il faut que la blouse soit resserrée à la taille pour que la fille ne puisse enfiler sa blouse par la tête, il faut éviter toute tricherie. Ou alors la fille trouve une âme complaisante qui veuille bien l'aider, mais elle doit accepter d’être dépendante ; d'où humiliation. Mais même si la fille est parvenue à se boutonner, son supplice ne s'arrête pas là. D'abord elle ne peut pas voir si elle s'est correctement boutonnée puisque qu'elle ne voit pas son dos. Ensuite, même par grande chaleur, elle ne peut dégager le col sur le devant ; pas d'indécence ! Si la blouse comporte de gros boutons, ils seront plus difficiles à mettre, car il faudra que la fille se serve de ses deux mains. Et les boutons situés au niveau des omoplates, les plus difficiles, seront presque imboutonnables ! Et si les boutons sont très gros et si la boutonnière de la blouse va du col jusqu'en bas, alors chaque fois que la fille devra s'asseoir, elle sentira les gros boutons lui rentrer désagréablement dans les fesses. Pour que le boutonnage seul soit encore plus délicat, choisir une blouse dont les manches longues soient très resserrées aux coudes, ce qui gênera dans la possibilité de bien pouvoir les plier ; tout le milieu du dos sera inaccessible. La blouse sera longue à mi-mollet, et boutonnée jusqu’au creux des genoux, gênant ainsi la marche. La blouse doit toujours être prise une taille en dessous de la taille de la jeune fille, ainsi celle-ci sera dans l'impossibilité de porter des vêtements sous sa blouse ou bien ceux-ci la gêneront ou l'étoufferont. Le nylon de la blouse ne doit pas être trop épais, alors les marques de slip et de soutien-gorge seront apparentes.

Ainsi ce que nous cherchons : un vêtement difficile à mettre et à porter, voire ridicule, humiliera parfaitement les jeunes filles...

 

 


Voir les 2 commentaires - Ecrire un commentaire
Retour à l'accueil
Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés