Présentation

  • : Tabliers, blouses et torchons de cuisine
  • Tabliers, blouses et torchons de cuisine
  • : enema
  • : Ce blog est consacré au fétichisme des tabliers de cuisine de femme, des blouses de femme et des torchons de cuisine. Il s'adresse aux adultes seulement, ayant atteint l'âge de la majorité légale dans le pays. Et tenez les enfants à l'écart, bien sûr.
  • Partager ce blog
  • Retour à la page d'accueil
  • Contact

Recherche

Derniers Commentaires

Lundi 15 mars 2010 1 15 /03 /Mars /2010 09:00

Un merveileux texte que je vous livre, l'original est sur http://blousenylon.ifrance.com/texts/jemesouviens.html



..."Je me suis mis à écrire
un texte sous la forme
du Je me souviens de G. Perec.

"Je me souviens des blouses en nylon.
Je me souviens d'une institutrice,très jolie. Quand elle n'avait pas sa blouse, c'est que nous allions faire une sortie.
Je me souviens que des amis de la famille avaient offert pour NoÎl à ma mère une blouse, en nylon à fleurs vertes et bleues sur fond noir.
Je me souviens que j'avais trouvé ce cadeau étrange.
Je me souviens de la marque Blousenyl.
Je me souviens de Nylfrance.
Je me souviens de ma soeur qui avait une semaine une blouse bleu ciel, une semaine une blouse rose au lycée de jeunes filles, en nylon bien sur.
Je me souviens que dans un autre lycée, mes soeurs avaient des blouses beiges, en nylon toujours.
Je me souviens des blouses en nylon de la coiffeuse qui me coupait les cheveux: vert clair, mauve, bleu ciel, rose.
Je me souviens des peignoirs que me mettait la coiffeuse, en nylon aussi et souvent de la même couleur que sa blouse.
Je me souviens des premiers jeudis o˜ j'ai "emprunté" les blouses de mes soeurs.
Je me souviens des pages "blouses et tabliers" des catalogues de La Redoute et des 3 Suisses des années 60.
Je me souviens des cols claudine, officier, tailleur, ras du cou.
Je me souviens de la première blouse que j'ai achetée pour moi et de la honte-plaisir que j'ai ressentie.
Je me souviens avoir dit à une caissière d'autoroute: "vous avez une jolie blouse, Mademoiselle" et de son remerciement un peu étonné.
Je me souviens des blouses de ma copine institutrice, en coton imprimé malheureusement mais des blouses quand même.
Je me souviens des blouses laborantine.
Je me souviens de "La maison de la blouse" qu'on trouvait dans presque toutes les villes.
Je me souviens des serveuses de restaurant avec un tablier bavette blanc. Je me souviens du bleu des blouses en nylon des PTT ou de la SNCF. Je me souviens des blouses en vichy, rose, bleu ciel. Je me souviens des blouses boutonnées sur le cÙté avec un col officier.
Je me souviens des blouses boutonnées dans le dos, également avec un col officier.
Je me souviens des blouses zipées.
Je me souviens des couleurs des blouses à la mode dans les années 60, telles que décrites dans les catalogues:fuchsia, parme, framboise, turquoise, bleu faÔence, bleu nattier, bleu roy...
Je me souviens du réglement du lycée de mes soeurs qui parlait du port obligatoire de la blouse.
Je me souviens des punitions que risquaient les filles qui oubliaient de mettre leur blouse.
Je me souviens des différentes textures du nylon : lisse, raide, brillant, maille, lourd, fin...
Je mes souviens du bruissement du nylon.
Je me souviens des différents "étages" formés par les vêtements par exemple: le manteau, la blouse, la jupe.
Je me souviens que le lundi matin mes soeurs enfilaient leur blouse à la maison avant de partir au lycée et qu'ensuite le reste de la semaine leur blouse restait au lycée.
Je me souviens des blouses d'école qui séchaient le dimanche. Je me souviens du nom, du prénom, de la classe des lycéennes brodés sur leur blouse, au niveau de la poitrine.
Je me souviens que parfois ma mère mettait un tablier pour ne pas salir sa blouse et que Áa m'étonnait.
Je me souviens qu'à ma banque, jusqu'en 1976, les employées au guichet portaient une blouse en nylon bleu clair.
Je me souviens des surpiqures contrastantes qui ornaient parfois les cols et les poches des blouses.
Je me souviens des tailles des blouses: courtes (cardigan), 3/4, 7/8e, longue; et des manches: sans manches, courtes, 3/4, longues, longues avec poignets boutonnés.
Je me souviens des ceintures, boutonnées ou à nouer. Je me souviens des rayons blouses, dans les grands magasins, très fournis au moment des rentrées scolaires.
Je me souviens de ma mère qui disait que sans blouse elle ne pouvait rien faire à la maison.
Je me souviens de l'air triste d'une jolie vendeuse en boulangerie boutonnant sa blouse en nylon blanc alors que moi je trouvais qu'elle embellissait subitement.
Je me souviens du crissement de la blouse de la coiffeuse contre le nylon du peignoir dont elle m'enveloppait.
Je me souviens des ménagères qui gardaient leur blouse pour faire leurs courses et qu'on apercevait dépassant de leur manteau.
Je me souviens des arguments louant les mérites du nylon: lavage facile, séchage rapide, repassage inutile.
Je me souviens des descriptions emphatiques des blouses faites par les catalogues par exemple: "ce cardigan en nylon est extrèmement pratique, il est l'allié de la ménagère moderne" ou encore " une blouse toujours nette et charmante parce que lavée le soir, elle sera prête à être portée le matin".
Je me souviens..."

Hervé


Voir les 1 commentaires - Ecrire un commentaire
Retour à l'accueil
Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés