Présentation

  • : Tabliers, blouses et torchons de cuisine
  • Tabliers, blouses et torchons de cuisine
  • : enema
  • : Ce blog est consacré au fétichisme des tabliers de cuisine de femme, des blouses de femme et des torchons de cuisine. Il s'adresse aux adultes seulement, ayant atteint l'âge de la majorité légale dans le pays. Et tenez les enfants à l'écart, bien sûr.
  • Partager ce blog
  • Retour à la page d'accueil
  • Contact

Recherche

Derniers Commentaires

Dimanche 11 décembre 2016 7 11 /12 /Déc /2016 09:00

Un texte qui m'a été envoyé par NanouneTV, que je remercie... Il n'y a pas beaucoup de tabliers, mais je le publie à titre d'encouragement, disons.


Fessée par ma tante, ou "comment on devient masochiste!"


…. Je séjournais chez ma tante et je couchais dans le même lit que mon cousin, nous étions encore bien jeunes. Un soir mon cousin me montre un journal porno qu’il avait "emprunté" dans la table de nuit de son père  Et dans le lit… pendant qu’il tournait les pages... je caressais nos zizis…

Tout à coup la porte s’ouvre et ma tante apparaît en chemise de nuit blanche… Elle ouvre la couette brusquement et constate d’un seul regard ce que nous faisions! Elle a immédiatement attrapé mon cousin par un bras, l’a sorti du lit sans ménagement, l'a couché sur ses cuisses et lui a collé une bonne fessée! Sa chemise de nuit était très décolletée et je voyais ses gros seins s’agiter pendant qu’elle lui claquait violemment les fesses! Son corps plantureux jaillissait de partout! C’était à la fois terrifiant et excitant… Vous vous en doutez!


Quand elle a terminé de le fesser son derrière était écarlate. Elle l’a fait mettre à genoux dans un coin de la chambre et s’est tournée vers moi. Elle m’a attrapé par un bras et m’a tiré devant elle, puis m’a fait mettre aussi à genoux. Je pensais que j’allais subir le même sort que mon cousin, mais elle s’est ravisée et à dit:

- "Tu n’es pas mon fils, ce n’est pas à moi de te punir, alors je vais tout raconter à ton père et c’est lui qui décidera de ta punition!"

J’étais paniqué à cette idée car j’avais très peur de mon père! Alors je lui dit en pleurant:

- "Non ma tante ne le dites pas à mon père… je vous en supplie!"

Elle réfléchit un peu:

- "Alors voila je te donne le choix: ou bien je le dis à ton père ou bien c’est moi qui te punis moi-même; mais je te donne toute la nuit pour réfléchir et demain matin tu te présenteras à moi pour me donner ta réponse!"

Inutile de vous dire que je n’ai pas passé une bonne nuit… Je n’ai pas hésité longtemps dans ma tête pour choisir entre les deux propositions que ma tante m’avait faites. Il n’était pas question que je choisisse qu’elle dise à mon père que j’avais regardé un journal porno avec mon cousin tout en caressant nos zizis…. Mais j’avais aussi très peur de la punition que ma tante allait m’infliger… Car après la fessée qu’elle avait infligé à mon cousin je savais qu’elle l’avais enfermé au grenier et j’avais encore entendu quelques cris! Et je savais qu’elle utilisai aussi le martinet avec lui...

 

Le lendemain matin je me présentai donc devant elle, tremblant de peur. A l’époque (et c’était l’été) je portais des petits shorts assez courts, dans ma naïveté je l’avais remonté très haut sur mes cuisses et je me disais que si elle voulait me donner une fessée elle se contenterai peut être de me la donner comme ça sur le haut de mes cuisses!
Elle portait sa blouse de ménage, bleue, à manches courtes, qui laissait voir ses bras puissants. Elle me toisa du regard et me prit par les cheveux; et droit dans les yeux elle me demanda:

- "Alors Claudinet (c’était mon petit diminutif!), est-ce que tu as choisi? Que je dise tout ce que tu as fais cette nuit à ton père ou que je te punisse moi-même?"

J’étais transi de peur et j’ai bredouillé en baissant les yeux:

- "Ne le dite pas à mon père, je vous en supplie."

Elle me releva la tête et dit:

- "Regarde moi dans les yeux et dit moi clairement ce que tu demandes!"

- "Punissez-moi vous-même ma tante!"

Et j’ai fondu en sanglots.

 

Elle s’assit sur une chaise en écartant les pans de sa blouse, découvrant ses grosses cuisses revêtues de bas de coton noirs qui laissait voir le haut de ses cuisses, bien blanc. Voyant que mon regard s'y attardait, elle se leva et alla mettre un tablier-taille qui pendait près de l'évier, et se rassit, ainsi protégée. Elle me tira vers elle… D’un geste preste elle baissa mon short jusqu’à mes chevilles. Puis, me saisissant par la nuque, elle m’obligea à me coucher sur ses larges cuisses, en travers du tablier... Puis elle baissa mon slip sous mes fesses. Je me suis donc retrouvé cul nu.

Elle commença à me fesser, de toutes ses forces, sans aucun ménagement. Je pense que j’ai eu mal… Mais le souvenir que j’ai gardé de ce moment-là, c’est un très grand trouble! Et ça s’est traduit, j’ose à peine l’avouer car j’en ai eu très honte à ce moment-là, par un début d’érection… D’ailleurs, quand elle a arrêté la fessée et m’a remis debout devant elle la culotte et le slip encore baissé, elle l’a vu et elle a eu un étrange sourire!

Moi je me suis caché avec mes mains, rouge de honte!
- "Voila ça t’apprendra! Et maintenant tu vas rejoindre ton cousin au grenier car la punition n’est pas terminée."

Mais je raconterai la suite plus tard.
 

 

Aussi étrange que cela puisse paraître, cette aventure avec ma tante m’avait tellement traumatisé, et j’en avait été tellement honteux et troublé, que je l’avais refoulée dans mon inconscient, et c’est avec mon épouse que le souvenir m’en ai revenu. Après une séance de punition, quittant son rôle de Maîtresse, ma femme m’a pris dans ses bras pour me consoler et nous avons parlé. Elle se demandait comment je pouvais supporter d’être fouetté comme ça … et pourquoi j’étais masochiste… Elle m’a interrogé sur mon enfance, si ma mère me battait? J’ai répondu que non, que mes parents ne m’avait jamais touché, même pas mon père dont j’avais quand même peur… Et puis tout à coup, je me suis mis à trembler et le souvenir de ce qui s’était passé avec mon cousin et ma tante m’est revenu à l’esprit… D’abord par bribes, puis j’ai reconstitué toute l’histoire!

Ma femme m’a demandé si au cours de la fessée j’avais été excité mais je n’ai pas su me souvenir en détail de ce qui s’est passé lorsque j’étais couché sur les genoux de ma tante… Je me souviens d’une très grande émotion puis d’un voile noir… Je suis persuadé maintenant qu’il y a un rapport entre cette séance avec ma tante et mon comportement masochiste qui m’a poursuivi par la suite. Ma femme pense que je devais quand même avoir quelques dispositions naturelles pour ce "penchant".

 
Qu’en pensez vous, lecteurs ?


Voir les 4 commentaires - Ecrire un commentaire
Retour à l'accueil
Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés