Présentation

  • : Tabliers, blouses et torchons de cuisine
  • Tabliers, blouses et torchons de cuisine
  • : enema
  • : Ce blog est consacré au fétichisme des tabliers de cuisine de femme, des blouses de femme et des torchons de cuisine. Il s'adresse aux adultes seulement, ayant atteint l'âge de la majorité légale dans le pays. Et tenez les enfants à l'écart, bien sûr.
  • Partager ce blog
  • Retour à la page d'accueil
  • Contact

Recherche

Derniers Commentaires

Dimanche 18 novembre 2012 7 18 /11 /Nov /2012 09:00

 Un texte trouvé sur Doctissimo (http://www.doctissimo.fr/) que je vous livre avant qu'il ne disparaisse.


  Pour vous, j'ai gardé sur moi cette blouse en nylon jaune..........

Il est tard, mes yeux commencent presque à se fermer tous seuls. Je décide de me détendre, de rester calme avant d'aller me coucher. Je consulte ma discussion et puis je fais un dernier passage sur le forum pour voir les derniers messages postés.

Dans ma salle de bains, immense, je jette un coup d’oeil dans le grand miroir au dessus du meuble où est posé l’évier et celui qui est derrière moi, au dessus de la baignoire.  

Il me renvoie l’image d’un corps. Mon corps. Mes yeux sont cernés. Je manque de sommeil. Son absence se lit sur ma figure. Je dors très mal la nuit dans ce lit trop grand et trop froid pour moi toute seule.

Je fixe toujours la glace. Je suis en blouse nylon jaune, vous savez, celle qui est en haut à gauche sur l'image du catalogue.  

Je me demande comment ce garçon de 17 ans a fait pour craquer sur moi. Comment un si beau jeune homme peut regarder et porter de l’attention à une belle bourgeoise, la quarantaine, dans une blouse très classique, longue et d'allure somme toute aussi quelconque et banale. Y a-t-il un érotisme de la belle « bourgeoise ordinaire ». La « bourgeoise ordinaire », après la « bourgeoise salope » dont j'ai parlé précédemment, voilà une appellation qui conviendrait tout à fait à mon style. Peut-être même que la « bourgeoise ordinaire » provoquerait des envies, des excitations encore plus fortes?

Un léger sourire vient sur mes lèvres et change mon expression. Je repense à toutes ses belles choses qu’il m'a dites. Toutes ces choses que tout le monde rêve d’entendre un jour. J’ai tellement de chance d’avoir ce garçon. Il est doux, attentionné avec moi… J’espère que ce n’est pas un rêve mais bien une agréable et chaleureuse réalité que je partage avec lui.

Malgré la fatigue je décide de me refaire une beauté, devant le miroir, pour me relaxer et me détendre. Comme à mon habitude, toujours face au miroir, j’observe mes courbes. Certes généreuse en ce qui concerne ma poitrine mais cela me convient. Libéré de l’emprise de mon soutien-gorge je porte mes mains à ces deux boules à travers ma blouse. Je les prends dans mes mains et je les malaxe doucement… C’est si bon, la blouse se plisse, le nylon fait des plis, des courbes, il se creuse. Je sens que mon bas ventre commence à s’éveiller. Je finis ces caresses en passant mes index sur mes auréoles en pinçant mes tétons qui pointent et en les faisant rouler entre mes doigts dans ma blouse.

Je jette un autre coup d’oeil dans le miroir. J’ai déjà meilleure mine. Mes joues rosissent. Je continue mes gestes. Les yeux fixés au miroir je dévisage ce corps qu’il me renvoi.

Mon corps.... hhhuummmm.... Un corps de femme qui a évolué durant ces dernières années. Un corps que j’admire, qui me plaît.... A accepter qu’il puisse plaire à des garçons. Qu’il puisse donner envie d’être contemplé, touché, voir caressé…  Et puis je me suis fait à cette idée au fil du temps…  J’ai accepté que la nature m’avait donné un très joli corps... Avec du temps, de la patience et en dépit de mon manque de confiance en moi certain, je me suis appropriée ces formes, ces galbes.... Ce corps....  Ce moi.....  Ce moi qui va me suivre toute ma vie...

Je branche le petit radiateur. J’aime quand il fait un peu chaud dans la salle de bain. Il renvoit l’air droit sur ma blouse qui se soulève très légèrement, elle ne dénude rien car elle est bien boutonnée jusqu'en bas comme dans l'image, je tiens à rester stricte, à conserver cette image de la « bourgeoise ordinaire ». Je me sens bien.... C’est bon.... La différence de température entre le radiateur et la pièce fait encore plus pointer mes tétons... Grâce au miroir devant moi je peux voir mon corps réagir. Je prends des couleurs. Mes seins se gonflent... Mon thorax se lève et se rabaisse plus vite qu’avant.

Mes yeux se ferment à demi et mes mains partent à la découverte de mon corps. Elles le parcourent tout doucement comme si elles avaient peur de sur quoi elles allaient tomber... donc mes mains glissent sur ma blouse, c'est lisse, c'est agréable... je sens le nylon dans la paume de ma main, je suis électrisée... Voilà qu'une caresse, une envie, comme une pensée, rêveuse d’un murmure vient m'habiter... Une caresse de m main gauche, voilà... çà y est.... elle parcoure le creux, le haut de ma cuisse gauche vers l'intérieur... elle creuse ma blouse... voyez-vous.... Elle remonte mes jambes et ainsi fait glisser ma blouse, mon tissu léger caresse mes cuisses, la blouse se creuse, le bout de mes doigts viennent parcourir le long pli du tissu lisse qui s’est faufilé, effleurant d’un doigt léger et furtif le creux de mon entrecuisses....puis ma main se retire aussitôt, car sans m’en rendre compte, lentement, doucement, au rythme de cette pensée caressante, je viens de ressentir une légère humidité en moi.

En voyant cela vous vous dites, vous vous demandez, vous vous posez cette fameuse question de savoir comment je suis sous cette blouse, car le plissement du tissu va tellement loin que je n'ai sûrement pas de jupe, en tout cas, c'est presque sûr, c'est acquis... Et alors une pensée osée vous traverse l'esprit: est-ce possible? Une telle chose est-elle croyable? Peut-on imaginer la « bourgeoise ordinaire » sans jupe sous sa blouse? En slip....? oooohhhhh.... voire NUE....? oooullalallllaaaa......

SABINE 


Voir les 0 commentaires - Ecrire un commentaire
Retour à l'accueil
Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés